DECLARATION FINALE DE LA XVIème RENCONTRE EUROPEENNE DE SOLIDARITE AVEC CUBA VILLE DE BERLIN, DU 9 AU 11 NOVEMBRE 2012

Nous, les 120 participants de la Rencontre Européenne de Solidarité et Amitié avec Cuba, provenant de 30 états et 54 organisations, nous adressons aux gouvernements européens et aux institutions de l’Union Européenne. Ceux-ci devront exiger du gouvernement des Etats Unis d’Amérique du Nord la levée immédiate de l’illégal et criminel blocus économique, commercial et financier que les USA continuent d’imposer à la population cubaine depuis un demi-siècle. Ici même, les déléguées et délégués de cette rencontre exigent la libération immédiate des cinq combattants anti-terroristes cubains qui, depuis 14 ans, se trouvent emprisonnés sans justification à la suite d’un jugement manipulé, dans des prisons étasuniennes. En outre, nous réclamons le droit d’entrée aux USA pour Olga Salanueva et Adriana Pérez, épouses de René Gonzalez et Gérardo Hernandez, auxquelles on dénie le droit de visite. Il s’agit des cinq cubains qui furent condamnés illégalement et illégitimement pour leurs activités dans le but d’éviter des attentats contre des personnes innocentes, tandis que dans le même temps les véritables terroristes comme Posada Carriles peuvent aller librement par les rues étasuniennes.

Nous exigeons de tous les états européens qu’ils se détachent explicitement la politique agressive et interventionniste de l’administration étasunienne qui s’immisce dans les affaires internes de Cuba, et, à l’Union Européenne qu’elle abandonne sa Position Commune. Semblable position ne s’est jamais formulée contre aucun autre Peuple du Monde et ne correspond nullement à l’opinion des Peuples de l’Europe.

Nous exigeons de l’Union Européenne qu’elle adopte face à Cuba une position qui se base sur l’égalité des droits et qu’elle soit honnête, sans qu’elle continue à participer au blocus étasunien, et qu’elle s’efforce effectivement à la levée de ce dernier. En même temps, nous saluons le fait que de nombreux pays Européens aient amplifiées leurs relations bilatérales avec Cuba.

Dans nos pays respectifs nous continuerons à lutter pour l’arrêt de la politique européenne de la Position Commune en nous efforçant d’impulser dans le même temps le développement et l’approfondissement des relations bilatérales de ces pays avec Cuba. Ici même nous nous efforceront infatigablement d’obtenir le retour dans leur Patrie de Gerardo Hernandez, Ramon Labanino, Fernando Gonzalez, René Gonzalez et Antonio Guerrero.

De plus, nous exigeons de l’Union Européenne qu’elle en finisse avec sa politique de double morale et qu’elle demande décidemment la fermeture du camp de concentration étasunien sur le territoire de la base navale de Guantanamo et le retour de celui-ci au Peuple Cubain, propriétaire légitime de ce territoire.

Au milieu de la grande crise de l’économie capitaliste mondiale, du néolibéralisme et du système financier international, Cuba et l’Alliance Bolivarienne des Peuples de Notre Amérique (ALBA) démontrent une nouvelle perspective de développement qui ouvre des chemins vers un Monde juste et pacifique, au-delà de la domination des marchés financiers, de la compétence et compétitivité capitalistes, au-delà des traités de Libre Commerce qui sont une forme nouvelle de colonisation.

Cuba, moyennant ses acquis sociaux, écologiques et humains ainsi que sa solidarité internationaliste, visualise cette alternative. Au Venezuela, en Bolivie, Equateur Nicaragua ainsi que les autres pays membres de l’ALBA ont été obtenus de notables succès dans la lutte contre la pauvreté. Avec en partie  l’aide de Cuba, au Venezuela et en Bolivie a été éliminé l’analphabétisme et a été établi un service de santé accessible aux plus nécessiteux. Ceci  a été possible parce que le socialisme cubain a pu démontrer que les pays pauvres, malgré des conditions extrêmement difficiles, peuvent se développer à partir de l’élaboration d’un état social, tandis que le système d’économie de marché prêche à l’humanité qu’un tel état social est un obstacle qui rend impossible la résolution économique de la crise. Ceci démontre que les énormes acquis de la société cubaine ne laissent aucun laissé pour compte et garantissent une vie dans la justice et la dignité pour chacun.

Cuba et le processus progressiste en Amérique Latine doivent servir de levier pour les gauches anticapitalistes et autres forces progressiste en Europe. Cuba nous démontre aussi que la politique doit être internationaliste et qu’il faut changer les formes irrationnelles de vie et de consumérisme maintenant que la qualité de vie s’enracine dans la connaissance et la culture.

Nous saluons la création de la CELAC comme un pas supplémentaire vers l’intégration latino-américaine et Caribéenne.

Nous nous réjouissons de la réélection de Hugo CHAVEZ comme Président de la République Bolivarienne du Venezuela. Ceci est une grande victoire pour la Révolution bolivarienne et pour tous ceux qui veulent continuer le processus de développement du socialisme, au 21ème siècle.

Les délégués de la 16ème Rencontre Européenne de Solidarité avec Cuba proposent a toutes les organisations de solidarité qui appuient les programmes d’actions élaborés par les trois Groupes de Travail ( Liberté pour les 5, Contre la position Commune de l’U.E., Politique Médiatique) de les adopter au travers de leurs activités dans leurs pays respectifs.

VIVE CUBA SOCIALISTE !

LIBERTE POUR LES CINQ !

VIVE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE !

Voté à l’unanimité à Berlin, République Fédérale d’Allemagne

Le 11 Novembre de l’année 2012

 

Traduction : Jacques MILHAS

Cuba Si France

Revenir